top of page
  • courirpourlesanima

Création d'une zone de biodiversité


Depuis 2017, l’association Courir pour les animaux s’implique de plus en plus localement par le biais de footings et de ramassages de déchets mais c’est un tout autre projet qui germe dans un coin de notre tête. Tout a démarré en 2021 alors que la municipalité de Barges est à la recherche d'idée pour occuper un terrain à proximité de l'église. Après réflexion et après avoir visualisé la zone en question, nous avons proposé de créer une zone de biodiversité.


Nous sommes une petite association et la majorité de nos fonds sont utilisés pour soutenir concrètement des projets extérieurs. Le premier enjeu est donc de limiter les coûts de la zone de biodiversité tout en favorisant un maximum la faune sans dénaturer le terrain. Nous voulons également que cela soit démontable au cas où le projet ne soit pas concluant.


Après quelques recherches, je propose un premier croquis aux adhérents. Un carré pour limiter la zone dont les contours seront en pierre empilées et en haies artificielles (faites avec des branches coupées). À l‘intérieur, des souches de bois qui pourriront naturellement avec le temps, un hôtel à insectes, quelques tuiles ainsi que différents substrats comme du sable, graviers, copeaux. Les idées plaisent et elles sont présentées au conseil municipal qui valide le projet.

Suite à l’accord de la mairie, il faut se mettre d’accord sur le terrain utilisé. L’espace autour de l’église est vaste. Tout l’espace est entouré par un fossé rendant impossible la venue de véhicules. D’un côté, il y a des jeux pour les enfants ce qui n’est pas assez calme pour notre zone. À l’opposé des jeux, il y a des endroits plus tranquilles. La zone est définie et sera proche d’une haie naturelle, un champ se trouvant de l’autre côté de celle-ci, le fossé et quelques arbres. À côté du fossé, il y a un chemin blanc pour piétons qui longe le cours d’eau du village : le Chairon (que nous nettoyons chaque année...)


Après avoir sélectionné l’endroit, il fallait que notre projet soit suffisamment grand sans encombrer les éventuels entretiens d’espaces à proximité. Nous avons dû prendre en compte les distances suffisantes pour la taille de la haie avec un engin et le passage du tracteur tondeuse de la commune.


Limiter les frais et favoriser le réemploi de matériel.


Il a d'abord fallu trouver les différents "ingrédients" pour fabriquer cette zone. Outre le fait de parcourir les champs à proximité pour récupérer des pierres, nous avons reçu plusieurs appels de particuliers. La destruction d’un vieux bâtiment ou le remplacement d’un muret par une clôture et notre stock de pierres augmente bien. Nous avons récupéré des palettes ainsi que des tiges de bambous et des branches (made in le bois du village).


C'est bien beau d'avoir le matériel, il faut aussi un minimum de main d’œuvre. Nous avons pu compter sur une dizaine de bénévoles sur 3 matinées lors de notre chantier participatif. De tout âge, efficace et sérieux : le top du bénévole !!!

En parallèle à la création de cette zone, pour fêter nos 5 ans et pour sensibiliser un maximum de personnes sur cette démarche simple et réalisable par tous, nous avons décidé d'organiser une journée pour la biodiversité avec inauguration de notre zone.


A l'origine, une simple balade suivi d'un vin d'honneur était prévu mais nous avons décidé de marquer le coup. Nous avons invité des associations que nous avons aidées par le passé ainsi que des artisans locaux. Plus il y a de stands et plus il y aura potentiellement de public. Il a fallu trouver des personnes intéressées par notre démarche et restant dans le thème de la journée bien entendu. Au final, ce sont 25 exposants qui ont répondu présent le dimanche 11 septembre.


Une partie des exposants ne possède pas le matériel nécessaire pour tenir un stand. Il a donc fallu se débrouiller pour trouver des barnums, des tables et des bancs. Merci à la Communauté de Communes de Gevrey / Nuits saint Georges, au club de BMX de Saulon la Chapelle et au Comité d'Animation de Barges.


Bien entendu, il a fallu parler de l’évènement sur tous les réseaux possibles que ce soit via notre site internet, nos réseaux sociaux, auprès de certains commerçants de proximité, via les radios locales. Les exposants ont eux-mêmes partagé les informations de la journée sur leur réseau. Nous avons imprimé des affiches qui ont été mise dans des lieux fréquentés ainsi que des flyers qui ont été remis aux élèves de nos écoles maternelle et primaire. Nous avons des palettes récupérées que nous avons fixé sur des axes de circulation importante.

Le JOUR J


Le rendez-vous est donné à 6h30 pour l'installation des barnums, des tables et des bancs. Les premiers exposants arrivent à 7h15. Nous leur montrons leur emplacement. L'installation se poursuit et vers 8h30, la plupart des exposants sont arrivés. Certains sont déjà prêts et vont profiter du petit déjeuner offert par l'association. Café, thé, croissants bref un petit moment convivial avant l'arrivée des premiers visiteurs vers 9h. Ce sont des marcheurs qui attendent le début de la balade à 9h30. Le temps de rassembler tous les participants et après un rapide discours d'explication, ce sont une soixantaine de marcheurs qui partent dans les chemins autour de Barges encadrés par 2 de nos adhérentes.


Pendant ce temps, d'autres exposants arrivent notamment les 3 stands de nourriture (churros, barbe à papa et pizza). Je prépare également l'inauguration en décorant la zone de biodiversité et en fixant le panneau pédagogique provisoire sur des palettes. La version définitive (et sans faute) sera installée ultérieurement.

Vers 10h45, le conseil municipal arrive sur place pour préparer le vin d'honneur. Après être sûr que tous les marcheurs étaient bien rentrés et après avoir reçu le feu vert du maire, j'appelle les personnes sur le site pour l'inauguration. Je récite mon discours avec une certaine émotion, il s'agit de notre première action concrète et visible dans le temps. Je dévoile le panneau. Le vin d'honneur peut alors être servi et nous recevons de nombreuses félicitations des personnes présentes.

Vers 13h30, nous distribuons des bouteilles d'eau auprès des exposants parce le soleil et la chaleur sont au rendez-vous. Le reste de la journée suit son cours comme prévu. Les enfants sont les premiers contents avec l'arrivée du stand de maquillage vers 14h, la lecture d'un conte vers 14h30 et la venue de notre mascotte : Pirù ainsi qu'un stand pour décorer des galets.


Le camion à pizza P'tit Louis, qui nous faisait également la buvette, est obligé de partir vers 15h45. Il fait chaud et la vente de boissons manque. Il nous était malheureusement impossible de tenir une buvette faute de bénévole et faute d'équipement.


Les visiteurs sont encore présents pendant que les exposants commencent à ranger vers 17h. L'endroit est vide et propre vers 19h.


Je vous passe les annulations d'exposants à la dernière minute, le changement de foodtruck à 10 jour de l'évènement, les nombreux échanges avec Sébastien qui a assuré pour l'organisation, le stress de ne pas trouver de barnums, les actualisations de la page météo, les yeux sur la montre pour s'assurer d'être dans les temps. Bref, un gros boulot pour un résultat positif puisque nous avons reçu de nombreux retours positifs aussi bien des exposants que du public. Bien entendu, tout n'était pas parfait mais nous savons sur quoi nous améliorer si une 2ème édition venait à s'organiser comme nous en ont parlé de nombreuses personnes.



Tout cela pourquoi ?


Faire des tas de branches et organiser une journée spéciale pour cela, quelle est l'utilité ???

Comme son nom l'indique, il s'agit d'une zone pour la biodiversité. Quelques bouts de bois, des pierres, des palettes… Ce n’est pas grand-chose, cela n’a pas de valeur…pour nous. En revanche, il s’agit d’un vrai royaume pour le peuple de l’herbe. Différentes matières, différents substrats pour le plaisir de chacun. Fourmis, abeilles, escargots, lézards, mouches, vers de terre et j’en passe.


Voici un extrait d’un livre d’un vieil instit passionné par la nature :

« Pour profiter de tout ce que je viens d’énumérer (fourmis, abeilles, escargots…), plusieurs conditions doivent être activées. Sans en faire un inventaire exhaustif, il me semble cependant nécessaire de citer les indispensables. A commencer par les plus évidentes : aimer la nature et avoir quelques connaissances de base qui ne demandent au fil du temps qu’à être consolidées. Avoir ensuite deux de nos sens en éveil permanent : la vue et l’ouïe. J’ajouterai trois lapalissades pourtant si nécessaires : la patience, la chance et sortir… Et là pendant de longues pauses, je n’entends pas : j’écoute ; je ne regarde pas : j’observe ! Et je me régale… »


Nous espérons que ce lieu servira de vitrine pour montrer qu’il est facile pour des particuliers, des communes (voir plus...) d’aider la biodiversité. Faire un tas de branches, laisser pourrir une vieille souche, entasser des pierres, effectuer un fauchage modéré... autant de petites actions à la portée de tous et très utiles pour l'environnement.


« Le peu que l’on peut faire, le très peu que l’on peut faire, il faut le faire »


35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le renne

bottom of page