• Nyko

Foulées du lac kir 2017


Nyko "J'ai déjà participé à cette course l'an dernier, cela va me permettre de voir si mon entrainement hivernal et de début de printemps a porté ces fruits. Comme son nom l'indique, le parcours se situe autour du lac Kir de Dijon. Pour info, lors de l'édition 2016, j'avais parcouru les 10km en 52min47s. départ samedi 15 avril 2017 15h Un peu avant le départ, je m'aperçois que j'ai oublié de prendre ma montre de course et il est trop tard pour aller la chercher. Je suis un peu perdu car elle m'aide à trouver une bonne vitesse pour éviter d'aller trop vite et de surveiller mon chrono. Je n'ai pas le choix, je vais devoir faire sans. Un démarrage très rapide, les premiers sont déjà loin mais je ne suis pas bloqué dans le peloton. Je vois Christian non loin devant moi qui a tendance à partir vite donc est-ce que je ne cours pas trop vite??? Les 2 premiers kilomètres sont particuliers car je ne sais pas quelle est mon allure? Si je suis en train de m'épuiser dès le début? En doublant Christian, celui-ci me rassure car je suis dans mon objectif de course. A partir de là, je suis à l'écoute de mon corps et j'arrive à m'adapter. Quelques moments difficiles avec du vent de face mais je tiens bon. A la mi-course, mes parents sont là pour m'encourager, ça fait toujours plaisir. Malgré un temps couvert et une température un peu fraîche (surtout avant de courir), je m'arrête au ravitaillement. Il me reste moins de 5 km et je me sens bien. A environ 3km de l'arrivée, une coureuse que j'avais doublé dans les premiers kilomètres me dépasse. J'augmente mon allure mais je ne pourrais pas la rattraper. Je double d'autres personnes et à 400m de l'arrivée je me retrouve seul, ça va être long. A 200m, Khalid Chahid (le vainqueur qui a terminé en 32min05s) regarde la suite de la course et me lance "vas-y, tiens bon, gars". Cela me donne des ailes car je ne l'avais jamais vraiment vu comme il est toujours loin de devant... Je termine en sprint. résultat officiel : 221ème/513 en 46min28s (nouveau record personnel)"


Christian "Samedi 15 avril 2017 se déroulaient les 12ème foulées du lac kir organisé par le club ACR Dijon, constituant la seconde course du challenge de l’étoile et forcement autour du lac kir à Dijon. C’est sous un ciel nuageux et incertain que nous nous alignons sur la ligne de départ pour le 10km. Je dis nous car c’est la première fois que nous sommes trois membres de l’association à courir dans la même course. La bonne humeur et le simple plaisir de courir sont présents. Bien sur, j’ai un certain esprit de compétition comme chaque sportif mais pour ma part la course est l’occasion avant tout de courir contre soi avec les autres dans la gaieté. Le parcours est simple puisqu’il est constitué de 2 boucles plates de 5km autour du lac avec un passage dans les chemins des jardins de Plombières à chaque fois. Je le connais par cœur pour le faire très régulièrement tout au long de l’année. 15h les quelques 500 concurrents s’élancent pour le 10km. J’ai décidé d’être raisonnable et de partir plus lentement qu’à Brazey-en-Plaine il y a 2 semaines. Je me place donc au cœur du peloton pour ne pas être trop incité à suivre le rythme des premiers dont je sais pertinemment que je ne suivrais pas jusqu’au bout et qui risque de me faire exploser en plein vol au bout de quelques kilomètres. C’est plus facile à dire qu’à faire surtout quand on se sent en forme.

Je pense que le 10km est une distance de course pas très facile à gérer car on est à mi distance entre court et long et le dosage au niveau vitesse est compliqué à trouver pour arriver au bout dans de bonnes conditions et faire un bon temps sans craquer sur la fin. L’année passée sur la même course j’avais fini autour des 53 minutes. Les 5 premiers kilomètres se déroulent convenablement sans douleur. Plusieurs coureurs me doublent dont Nicolas, mais je reste calme et concentré sur mon rythme. Je boucle le premier tour en 25 minutes. J’avais décidé de ne pas regarder ma montre avant. Et c’est parti pour le second tour non sans un petit verre d’eau au ravitaillement. Certains coureurs n’apprécient pas de passer plusieurs fois au même endroit mais j’apprécie. De plus pour les spectateurs et photographes, cela permet de voir les coureurs à plusieurs reprises … Arrivé à 2 kilomètres du but, je décide d’accélérer pour finir en trombe mais c’est moins facile que prévu dans le dernier kilomètre. Il est vrai que depuis mon défi de 36 kilomètres entre Dijon et Selongey début avril j’ai des difficultés à accélérer. Finalement, je termine en 49minutes et 19secondes, mieux qu’a Brazey-en-Plaine mais toujours à 19 secondes du record perso… La suite au prochain numéro…"







0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout